© Méta de Choc. 2019-2020

Aaah, la méditation...

Tout le monde vous le dira : la méditation peut aider à calmer l'esprit. Et le corps. Ou pas. Du tout.

Ce que la méditation permet surtout c'est de nous confronter à nos pensées, à notre bavardage intérieur, à nos obsessions, à nos compulsifs camouflages mentaux, à nos réponses automatiques. Rapidement, elle nous fait réaliser notre très grande tendance à fuir la réalité ; les faits comme les pensées.

Oui, la méditation est un outil formidable pour aborder en conscience ce que nous avons dans la tête et aussi ce que notre corps exprime au travers de douleurs cycliques ou permanentes. En cultivant une attention soutenue à ce qui se présente, de manière systématique et chirurgicale, nous pouvons discerner et disséquer chaque mouvement mental, chaque répétition, chaque réflexe de fuite.

Mais mais mais, la méditation ne nous permet pas, et je dirais même ne nous autorise pas à réfléchir notre petit (grand) manège mental. Car la technique, toutes écoles confondues, nous demande très expressément de mettre de côté chacune de nos pensées ou sensations, dès qu'elle est identifiée... jusqu'à ce que la suivante prenne le relais.

En conséquence, une fois que nous avons aiguisé notre capacité d'attention - et si tant est que nous soyons intéressés par notre santé psychologique et par l'intelligence qui peut en émerger - il est important que l'analyse prenne le relais de la méditation/observation.

Sinon, comment comprendre ce qui se passe dans notre esprit ? Comment ne pas perpétuer sans fin et à notre corps défendant toutes ces pensées parasites et majoritairement insensées ? Précisons ici que certaines peuvent être très très (très) étranges, dérangeantes, voire même effrayantes...

De nombreux méditants, en réalisant la qualité de leurs pensées choisissent de méditer de manière soutenue, jusqu'à plusieurs heures par jour, afin d'évacuer ces circonvolutions problématiques (mais se rendent bien vite compte qu'elles reviennent toujours). Ou bien, ils sautent à pieds joints dans la pensée magique, l'adhésion à des croyances spirituelles pleines de vérités éthérées, voire se raccrochent à l'autorité rassurante d'un leader charismatique.

Voilà l'histoire. Voilà comment la méditation peut mener à des souffrances plus importantes que celles qu'elle était supposée "soigner" ; à un profond manque de compréhension, à de lourds malentendus, à des échappatoires farfelues... et même à des désordres mentaux.

La méditation est un outil puissant qui peut réellement affiner notre capacité d'attention et ainsi constituer un terreau favorable à une pensée de qualité.

Ce n'est pas une voie magique vers la transcendance de notre corps ou de notre esprit, dans une dimension rêvée.

Dans le plus grand intérêt de notre santé mentale, gardons bien ça en tête.

- Élisabeth Feytit

METADECHOC_LOGO_cerclebleu.png